« La merditude des choses » de Felix Van Groeningen

merditudedeschoses.jpg

Réflexion sympathique sur l’avenir d’un enfant dans une famille de « Cinglé » apporté par le cinéma Flamand, on croyait attendre une comédie mais au final c’est plus un Drame qui nous ai apporté car même si on sourit par moment devant l’absurdité des situations on ressent au final un espèce de pathos pour cet enfant d’une douzaine d’année qui grandit au milieu d’échecs aussi professionnelle que familiaux le tout sur fond de beuverie extrême et de scénes de sexes.

La meilleure partie provient surement des parties « présentes » qui entrecoupent le film et ou l’on voit les conséquences du passé sur cette enfant qui est devenu maintenant un adulte et refuse de transmettre la vie s’appuyant sur sa propre expérience en tant qu’enfant, au final le scénariste prend une situation de départ et s’en amuse pour mieux la dénoncer.

Le film se finit sur un beau message et une réflexion sur comment prendre partie d’un départ déplaissant dans la vie pour mieux le tourner à son avantage.

 

14/20

 

Image de prévisualisation YouTube

« Accident » de Soi Cheang

148065afficheaccident.jpg

 

Intéressant tout en ayant un goût de gâchis si on s’en tient au concept de base qui est plus attrayant mais ce n’est pas de ce côté la qu’il faudra chercher au final car expédié en 2s et faisant moins bien il faut le dire qu’un « final destination » dans le même genre de mise en scène même si la comparaison entre les deux oeuvres s’arrêtent strictement la tant au niveau qualité que relevant de l’écriture.

C’est plus du côté du psyché du personnage principal qu’on trouvera notre compte même si la fin en frustrera plus d’un et quelques « tout ça pour ça » risque de se faire entendre en sortie de salle il faut dire que cette fin reste la plus logique face au joyeux bazar général du déroulement de l’intrigue parsemé de pas mal de facilités scènaristiques.

Outre Suet Lam on reconnait bien la patte de la Milkyway et esthétiquement le film est assez dans la veine des derniers polars asiatiques atterrissant sur notre territoire, le casting est plutôt sympathique mise à pars Suet Lam presque omniprésent dans les productions de la boîte on retrouve Louis Koo et Richie Ren habitué des To et la toute mignonne Michelle Ye qu’on a pu voir avec le présent shui-fan fung dans le médiocre « vengeance ».

A défaut d’avoir eu un très bon film de To comme chaque année on aura eu une production sympathique du monsieur, c’est déjà ça de pris en attendant on l’espère un retour plus prolifique et mieux écris du maître mais ce n’est pas le lieu pour en parler.

13/20

 

Image de prévisualisation YouTube

« Esther » de Jaume Collet-Serra

estheru.jpg

 

 

Film plutôt réussi et intéressant dans son genre, l’intrigue prend un tour assez inhabituel des films de genre qui vire plus au thriller au final qu’à un film de virus comme récemment « the children » ou a des origines fantastiques et ce n’est pas plus mal au final d’avoir une solution logique à tout ca sans tomber dans le spoiler.

Dommage qu’au niveau de la réalisation Collet-Serra se sente obligé d’utiliser la technique du « jump scare » toutes les 2s alors que son scénario se suffisait à lui même, le début était assez enervant sur ce plan la je dois dire.

Autre point fort du film le casting, outre les adultes campés par Peter Sarsgaard et Vera Farmiga (qui en redemande d’ailleurs dans le genre « gamin tête à claque » après le raté « Joshua ») le casting enfant est vraiment très bon, que ce soit Fuhrman carrément excellente sur la fin ou l’actrice qui joue la toute mimi Max c’est vraiment impeccable.

On aurait pu craindre aussi les 2h00 du film assez rare dans les films de genre mais on ne s’ennuie jamais et le film passe tout seul, le film aurait pu être encore plus « dark » sur la fin mais on ne chipotera pas pour si peu et on est plutôt content au final d’avoir enfin un film de genre qui tiens ses promesses après toutes les purges vendues malhonnêtement au public (oui je parle de toi « Paranormal activity » pour en citer un).

14/20

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

« Solomon Kane » de Michael J. Bassett

 

solomon20kane.jpg

 

 

Ces dernières années à Noel voient de plus en plus proliférer des successeurs à la trilogie « lord of the ring », on a pu croisé en autre le ridicule « Eragon » la version pour enfant « Narmia » cette fois ci c’est le réalisateur Michael J.Basset que l’on connait seulement pour son Wilderness en France ou on voyait une bande d’ados se faire massacrer par des chiens sur une ile déserte qui s’y colle.

Autant dire que l’attente n’était pas haute tout comme le film proposé, c’est pas vraiment le scénario qui est mis en cause ici même si celui la n’est pas des plus alléchant mais plus la réalisation DTV peu inspiré de Basset et l’interprète de son héros James Purefoy au charisme d’une endive et à mille lieux d’un Vin Diessel dans le genre Anti-héros à la Riddick.

Cependant le film prend quelques risques dans son récits et propose quand même quelques moments bourrins qui montre bien que Basset n’a pas eu à s’inquiéter d’un éventuel « PG13″ dans son travail ce qui change dans le genre qu’on nous propose depuis plusieurs années.

Au final le film est bien mieux qu’un Van Helsing pour comparer ce qui est comparable et le temps file agréablement mais une fois sorti de la salle on est tenté de se demander qu’est ce que ça fait sur plus de 300 salles en France, aussitôt vu aussitôt oublié donc.

 

09/20

 

Image de prévisualisation YouTube

« Les Chats Persans » de Bahman Ghobadi

afficheleschatspersanskasiazgorbehayeiranikhabarnadareh20092.jpg

 

Sans rentrer dans des discussions politiques de bas étage le cinéma Iranien est définitivement en train de prendre une nouvelle forme après « à propos d’Elly » et maintenant ses chats persans, en effet finis ses films vaguement fatiguant et rebutant pour le public populaire. Même si les deux films cités sont loin d’être parfait on vois petit à petit se dessiner une  nouvelle identité propre à elle même et cela fais du bien.

 

Le gros point fort du film est son groupe « take it easy hospital » qui en plus de bien se débrouiller au niveau musical arrive également à très bien jouer leur propre rôle au final. On reprochera un peu au film de ne pas aller plus loin justement que cet aspect musical et cette censure, les  deux trois scénes sortant du lot étant hélas dans la BA ce qui gâche un peu l’effet recherché même si dans les clips entrecoupant le film un sous-texte sur la vie la  bas est très présent ce qui est bien sur le but de ce film.

 

Attention cependant le message final du film est loin d’être dans la vaine d’un feel good movie, ici tout est fataliste et se termine de façon la plus logique possible malgré l’espoir que porte le film à travers ses personnages qui veulent seulement vivre leur passion.

 

Un film loin d’être parfait au final mais tellement plein de bonté et d’amour pour la musique et la culture musicale et cinéphile mondial qu’on ne peut qu’aimer ses chats persans.

 

13/20

Image de prévisualisation YouTube

 

Top 10 des films de la décennie

Après mon top de l’année se terminant, un autre s’impose, celui de cette décennie, après avoir hésité a mettre un film par année j’ai décidé d’opter pour les 10 films les plus marquants pour ne pas me contraindre moi même.

Un seul réalisateur se voit le luxe d’y figurer deux fois en la personne de Boyle avec son 28 days later et sunshine, si on enléve Cillian Murphy jouant dans les deux boyle seul Joseph Gordon Levvit en tant qu’acteur principal apparait deux fois ici.

Niveau statistique on retrouve ici 6 films américains, deux européens, un australien et un asiatique.

Je vous laisse découvrir le reste ici :)

 

28.bmp500dyasof337x500.pngexiled.bmpinto.bmpms.bmpncf.bmpsanstitre.bmpsunshine.bmptheproposition.bmpzodiac.bmp

Mon « Top 20″ 2009

Une nouvelle année cinématographique va commencer pendant que celle ci se termine, quoi de mieux que pour compléter ma présentation que de vous présenter les 20 films qui m’ont le plus marqués cette année:

 

500 days of summer alorigine.bmpfrostnixon.bmpgoodmorningengland.bmpinglorious.bmpjesuisheureux.bmpladernieremaison.bmplaroute.bmplenqute.bmplesnocesrebelles.bmpmaryandmax.bmpmoon.bmppaniqueauvillage.bmppippalee.bmpproposition.bmpsunshinecleaning.bmpthebox.bmpuneaffairedtat.bmpunearnaque.bmpwatchmen.bmp

Présentation

cinemaneonr.jpg

 

 

Comme souvent j’entends ou plutôt lis de nombreuses phrases de personnes que je connaisse du genre « tu devrais faire un blog » « fais un blog », j’ai donc décidé de me lancer aujourd’hui dans cette exercice périlleux qui  souvent finit en flop ou à l’abandon dans 90% des cas.

C’est mon premier blog, ma premiére expérience avec ce genre de média et je demanderais donc de me laisser un temps d’adaptation et d’évolution.

Sans raconter ma vie personnelle mais plus pour me situer en tant que personne, j’ai à ce jour 22 ans et je suis étudiant dans la préparation d’un master, en plus d’être un grand cinéphage j’ai une passion particulière pour les séries, je citerais entre autre Breaking bad, Big love, The wire, Arrested development ou encore Boston Legal dans celles qui m’ont le plus marqués ces dernières années.

Parlons cinéma maintenant le thème centrale de ce blog, je n’ai pas pour objectif de reprendre des news vues sur 10000 sites de cinéma pour les remettre à ma sauce je n’en vois pas l’intêret, le principal objectif que je me lance sera de reviewer les quelques 200 films par an que j’ai l’occasion de voir au cinéma, en avant-premiére ou dans divers festivals et d’en parler le mieux possible accompagné d’une note. Je suis sur que certains qui me liront sont d’or et déja affairé par le concept même de la notation d’une oeuvre et je ne serais les contredire mais je me sers plus de ce système pour évaluer le film et le placer dans ce que j’ai vu dans annuellement que de dire « oui t’as la moyenne, allez circule… »

Concernant mes goûts ils sont très variés, je ne m’attarde pas sur un genre en particulier ou sur une certaine « classe » de cinéma, je « bouffe » vraiment de tout, pour citer mes films préférés je dirais:

- Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Gondry

- Ravenous d’Antonia Bird

- Mysterious skin d’Araki

- Gattaca d’Andrew Niccol

- No country for old Men des Coen

- Zodiac de Fincher
Et tellement d’autre que la liste serait trop longue mais pour prendre la dizaine d’année passés je prendrais ces films comme ceux qui m’ont les plus marqués.

Je vais arrêter la cette présentation, je pense que vous me découvrirez au fil de mon blog en espérant avoir quand même quelques lecteurs, n’hésitez pas à interagir ici même, je me ferais un plaisir de vous répondre et de débattre le cas échéant, je ne considère pas mon avis comme ultime et je respecte ceux des autres même si en général on a plus de facilité à débattre avec quelqu’un ayant le même avis que vous il faut le dire.

 

Bonne lecture à vous ;)

 



Lα sαgα Twil... |
les cinés de cigale |
MEMOIRE DU SPECTACLE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le blog d'Eva
| Critiques cinéma et autres ...
| J.PRODUCTIONS